jeudi 8 novembre 2012

Sam et Julia dans la maison des souris

Utiliser ses dix doigts pour fabriquer des objets, c'est le quotidien de toute créatrice, non ? Il y aux Pays-Bas un auteur qui a poussé le vice encore plus loin, et a construit une maison de souris... de 3 m de haut ! Elle en a ensuite fait un livre : Sam et Julia dans la maison des souris de Karina Schaapman
 Couverture Sam et Julia dans la maison des souris
4ème de couverture Sam est le meilleur ami de Julia. Julia est la meilleure amie de Sam. Ensemble, ils passent des heures à jouer dans leur cachette, à courir dans l'escalier, ou ils rendent visite à leurs drôles de voisins. Il y a le marin dont ils admirent les tatouages, le chiffonnier qui vit au milieu des vieux journaux, le musicien au violon, l'oncle qui sait tout faire ou encore la maman dont les triplés ne sentent pas très bon. Et quand ils ne sont pas en promenade, ils font des crêpes, la lessive, des bêtises, ou passent une journée au lit car même une souris peut avoir la varicelle.

 Ce qui rend ce livre extraordinaire, ce n'est pas le texte ou l'histoire, qui reste très simple et donc abordable par les plus jeunes, mais bien le travail minutieux de l'artiste.
Chaque pièce a été fabriquée à la main, elles foisonnent de détails miniatures qui en font une maison de poupées de rêve. On imagine aisément le nombre d'heures qu'il a fallu pour la construire et pourtant, l'auteur invite les jeunes lecteurs à construire leur propre maison de souris ! Dans cet ouvrage, on peut voir qu'elles lisent Le Journal d'Anne Frank ou qu'elles connaissent Ikéa, par exemple. De nombreuses pièces apparaissent sur les pages de garde, qui ne sont pas encore évoquées dans l'ouvrage : deux autres tomes sont déjà prévus. Et je peux vous dire que La Môme Caoutchouc a scruté ces pages avec attention pour repérer les lieux évoqués dans les histoires du livre.
À l'intérieur, on suit les pas de deux jeunes souris malicieuses, qui vivent en marge du monde des adultes. Celui-ci a un petit côté rétro (les enfants sont envoyés chez le marchand pour acheter du savon pour la lessive, le chiffonnier n'est pas oublié...) ce qui crée un charme désuet à l'histoire. Je trouve pourtant que le texte aurait pu être plus travaillé, avec un peu plus de travail sur les sons et le choix des mots, par exemple. La typographie met en valeur certains termes qui reviennent régulièrement dans le museau de ces petits animaux (super, trop...) et ma fille a aimé les repérer dans le texte. Ces petites différences mettent un peu de dynamisme dans une mise en page sinon un peu trop sage.
Les deux héros de l'histoire sont donc Sam à la grande famille (sa mère accouche de triplés à un moment) et Julia, qui vit seulement avec sa mère et n'a ni grands-parents, ni oncles, ni tantes... Je n'ai pu m'empêcher de me demander tout du long quelles étaient les raisons de cette semi-solitude... Elles ne sont pas expliquées dans l'histoire, peut-être parce que des enfants, surtout jeunes, ne se poseraient pas la question (quoique...). Cela ne l'empêche pas d'être téméraire, au contraire du gentil Sam qui la suit partout. Ils vont manger des crêpes, célébrer le Shabbat, acheter des biscuits... Des aventures quotidiennes pour de jeunes souris !
Le principal intérêt de cet ouvrage réside réellement dans les clichés des pièces : il est presque impossible de ne pas prendre du temps à les examiner soigneusement... Mais vous avez sûrement envie d'en voir plus ? 
Je vous invite donc à visiter ces liens : 
> un extrait à feuilleter : http://www.edenlivres.fr/p/22076
> un dossier de présentation de l'auteur et du livre : http://fr.calameo.com/read/0004793889551f6c77703
 
Par ailleurs, le prix néerlandais « Pinceau d’argent 2012 » vient de lui être décerné.
Le Zilveren Penseel ( Pinceau d’argent ) est un prix littéraire qui couronne, chaque année depuis 1981, les deux meilleurs livres illustrés pour la jeunesse parus dans le courant de l’année précédente.

1 commentaire:

  1. C'est génial. C'est à moi que je vais l'offrir !

    RépondreSupprimer