jeudi 2 avril 2020

Les Incroyables Aventures des soeurs Shergill

J'ai lu Les Incroyables Aventures des soeurs Shergill de Balli kaur Jaswal



4ème de couverture

Après Le Club des veuves qui aimaient la littérature érotique, Balli Kaur Jaswal livre un roman cocasse et émouvant sur la complexité des relations familiales, la double culture. Un Darjeeling Limited féminin, et féministe, des plus savoureux.

Dans la famille Shergill, il y a :

Rajni, l'aînée, mère de famille au bord de l'implosion depuis que son fils ado lui a fait une révélation fracassante.

Jezmeen, la séductrice un brin égoïste, petite actrice londonienne dont le dernier
bad buzz tourne en boucle sur les réseaux sociaux.

Et enfin, Shirina, la docile cadette, dont le parfait mariage arrangé commence à sérieusement battre de l'aile.

Trois sœurs que tout oppose et qui vont devoir se supporter pour réaliser la dernière volonté de leur mère : accomplir un pèlerinage en son honneur en Inde, de Delhi au Temple d'or d'Amritsar.

Combien de temps avant que tout dérape ?

Les voies d'une mère sont impénétrables... Dans ce pays aux facettes multiples, et parfois violentes, les sœurs Shergill embarquent pour un incroyable voyage à la découverte de leurs racines et d'elles-mêmes.

Mon avis


J'aime bien les ouvrages qui me dépaysent. Je n'ai jamais mis les pieds en Inde autrement que dans des livres, et celui-ci m'a une fois de plus fait voyager. J'ai ainsi tenu compagnie à trois sœurs, qui se retrouvent sur place parce leur mère leur a fait jurer, sur son lit de mort, d'y faire un pèlerinage en son honneur. 
Elles ne sont pas franchement enchantées d'être sur place, elles font toutes les trois face à des événements perturbants dans leur quotidien, qu'elles tentent de se cacher mutuellement. Ce n'est donc pas les meilleures conditions pour voyager.
Certains secrets ne se révèlent qu'au fil de l'ouvrage, ce qui maintient la tension. Et les trois personnage sont aussi attachantes les unes que les autres (je serais incapable d'en nommer une préférée). 
Ce livre parle donc aussi fort des liens familiaux que de voyage, et le mélange des deux est très réussi. 

Femmes invisibles

J'ai lu Femmes invisibles de Caroline Criado Perez



4ème de couverture


Bienvenue dans un monde fait pour les hommes...
Imaginez un monde où votre téléphone portable vous glisse des mains parce qu'il est trop grand, où vous faites la queue des heures pour aller aux toilettes, où les médicaments que l'on vous prescrit peuvent être mauvais pour votre corps, et où un grand nombre de vos heures travaillées ne sont pas payées...
Si l'un de ces scénarios vous est familier, c'est sans doute que vous êtes une femme.
Cela semble incroyable, mais c'est pourtant une réalité : la plupart des infrastructures et équipements que l'on utilise quotidiennement ont été pensés sans égard aux différences entre les sexes. Pourquoi ? Parce que ce sont des hommes qui ont imaginé le monde dans lequel on vit, et qu'ils l'ont imaginé pour des hommes, à leur image.
Ainsi, si les femmes ont souvent froid sur leur lieu de travail, c'est parce que la température des bureaux est basée sur le métabolisme d'un homme. Si elles sont plus susceptibles d'être gravement blessées lors d'accident de la route, c'est parce que les tests de sécurité sont effectués sur des hommes d'1,77 m pesant 76 kilos. Enfin, si elles ont davantage de risques de mal réagir à certains médicaments, c'est, encore une fois, parce que les tests scientifiques sont effectués sur des hommes, sans prendre en compte les spécificités du corps féminin.
Tout au long de cette enquête stupéfiante, Caroline Criado Perez montre que les femmes sont tout simplement absentes de la majorité des études statistiques, au détriment de leur santé, de leur sécurité, et parfois même de leur vie.

Mon avis


Ce livre se base sur les chiffres pour expliquer à quel point les femmes sont laissées de côté dans la société. Et c'est édifiant. Les chapitres abordés m'ont fait réfléchir à de nombreux sujets auxquels je n'avais jamais pensé. Pour moi, les choses étaient ainsi, c'est tout, et je n'imaginais même pas qu'elles pourraient être autrement ni pourquoi ce devrait être le cas.

Il n'empêche que quand on apprend que les crash-test des voitures ne prévoient que des hommes comme conducteurs, ou que les médicaments ne sont pas testés et dosés pour des corps féminins, cela devient légèrement inquiétant.

Le livre est rempli de données qui mettent en avant de nombreuses inégalités. Il y a beaucoup de chiffres, d'études, et pourtant ce n'est pas trop aride, et loin d'être trop scientifique. Ce sont des faits, simplement, exposés avec un peu de parti pris, certes, mais comment ne pas réagir face à toutes ces données cumulées ? 

Bref, c'est un ouvrage édifiant, qu'il faudrait mettre entre toutes les mains, des hommes comme des femmes (et qui donnerait presque envie de s'engager en politique !)

deux fleurs en hiver

J'ai lu Deux fleurs en hiver de Delphine Pessin



4ème de couverture

L'une, Capucine, a décidé d'effectuer son stage dans un Ehpad. Elle change de couleur de perruque en fonction de son humeur et au fil des découvertes du métier d'aide-soignante.
Violette, quant à elle, est une nouvelle résidente déboussolée qui vient d'arriver à l'Ehpad. Émue par le désarroi de Violette, Capucine fait des pieds et des mains pour lui redonner le sourire.

Leur rencontre va dynamiter la vie plan-plan de la maison de retraite et bousculer leurs coeurs en hibernation !

Mon avis


Le titre et la rencontre entre les deux personnages principaux m'ont attiré vers ce livre. Et j'ai eu bien raison de me laisser tenter.
On y suit Capucine, qui entame son stage en Ehpad. On comprend très vite qu'elle a subi un événement traumatique, qu'elle cache plus ou moins sous ses multiples perruques colorées.
L'autre personnage principal est Violette, qui vient d'intégrer cet Ehpad, pas vraiment de son plein gré, mais plus pour rassurer son fils, et qui est triste de se retrouver dans cet "établissement pour vieux".
Les chapitres alternent les points de vue de l'une et de l'autre, alors qu'elles se rapprochent, et que leur passé se dévoile peu à peu.
C'est une très jolie histoire, et je me suis prise au jeu de ce récit. C'est peut-être aussi lié à la période qu'on traverse, mais de lire cette histoire d'Ehpad, entre personnel surchargé et personnes qui tentent de s'y acclimater, m'a particulièrement touchée. Au point que, non seulement, j'admire encore plus ceux qui y travaillent, mais j'envisagerais presque de les rejoindre !
Le roman se lit très rapidement, il est très doux, malgré des épisodes difficiles. On y sent surtout une grande tendresse de l'autrice pour ses personnages. Il peut d'ailleurs se lire quel que soit l'âge, de 15 ans à l'âge adulte, et tout le monde s'y retrouvera. Il peut aussi se transmettre pour l'entrée en établissement d'une personne de la famille. Bref, c'est un livre à lire et à partager !

mercredi 25 mars 2020

Illusions

J'ai lu Illusions de Charly Farrow



4ème de couverture


Ils sont là, tout autour de moi.


À dix-huit ans, Selena est déjà diagnostiquée schizophrène. Elle se bat depuis longtemps contre les voix qu’elle entend dans sa tête. 
Quand un matin, elle se lève et constate que les gens ont disparu, le doute s’insinue. Est-ce la réalité ou bien une illusion ? 
Propulsée dans un combat opposant le Bien et le Mal, son rôle est décisif. Mais comment sauver l’humanité quand on ne voit pas sa propre lumière ?

Mon avis


J'étais très intriguée par ce titre qui allait me faire plonger dans l'esprit d'une schizophrène au sein d'une ambiance de fin du monde. J'avais en tête ce fameux épisode de Buffy contre les vampires où elle ne sait plus si ce qu'elle vit est la réalité ou une illusion, et dans lequel elle se voit internée dans un hôpital psychiatrique.
J'ai apprécié le personnage de cette jeune femme perdue, mais qui ne se laisse pas abattre. Confrontée à des choses horribles, elle continue à tenter de faire face.
J'ai juste un peu regretté de ne pas être confrontée tout le récit à des doutes, des interrogations. J'aurais voulu plus de mystère, de double-lecture. Mais ça, c'est vraiment personnel.
Sinon, les événements s'enchaînent bien. Les justifications données à certaines choses sont logiquement expliquées (même si, parfois, ça m'a semblé un peu trop facile. Oui, je suis une lectrice difficile).
Il y a une bonne tension, de l'action, des rebondissements aussi. Et, dans tout ça, un personnage que l'on a envie d'accompagner, tellement elle est profondément humaine et attentive aux autres.
Bref, une découverte intéressante, malgré une impression de trop peu face à certains retournements d situation un peu trop tirés par les cheveux.

lundi 9 mars 2020

La terre du sorcier


J'ai lu La Terre du Sorcier de AurElisa Mathilde

4ème de couverture


Fuir.
Il devait fuir.
Toujours plus loin.
Traverser des villes. Laisser la campagne derrière lui. S’enfoncer dans cette forêt.
Depuis des semaines, il ne faisait que courir, essayant de mettre le plus de distance entre lui et ceux qui en voulaient à sa vie. Car il le savait ; le jour où il ne pourrait plus avancer signerait son arrêt de mort.
Il n’avait aucune échappatoire à part cette fuite désespérée. 
Du moins, c’était ce qu’il pensait jusqu’à ce que son chemin croise celui d’un jeune puma en train de se noyer. 
Le sauver aurait dû être un ultime acte de repentance pour toutes ses fautes passées. 
Mais au lieu de la mort, c’est un refuge que lui offre le clan Flaherty, un foyer où il se sent enfin en sécurité, et une Terre à laquelle il peut s’ancrer.
Et malgré la menace qui le poursuit toujours, sa magie comme son cœur pourraient bien finir par s’épanouir au sein du clan de pumas.

Mon avis


J'ai parfois du mal avec les histoires de sorciers. Mais ici, il y a des métamorphes en plus. Et je ne peux pas leur résister. Vous rencontrerez donc dans ce livre des loups-garous, des pumas garous, un renard garou et un sorcier. Un bestiaire étonnant qui fonctionne très bien. 
J'avais découvert AurElisa Mathilde dans Un homme pour Samhain, chez le même éditeur, et j'avais bien accroché à sa plume. C'est ce qui m'a convaincu de tenter l'aventure de ce titre, et j'ai bien fait. 
L'univers fantastique est bien construit, il y a du mystère, de la magie, des tensions... La romance entre les deux personnages se met en place très (trop ?) rapidement, mais elle reste intéressante. La douleur du personnage principal, ses secrets, ses combats, maintiennent l'intérêt. Son crush est parfois un peu plus niais et innocent, leurs disputes évoquent plus des adolescents que des hommes adultes mais, comme ils ont tous les deux vécus hors du monde, cela se tient.
Mais, surtout, je me suis laissée très facilement emporter par l'histoire, je me suis demandée comment ils allaient avancer, s'en sortir. Ce titre est un tome 1 et je sais déjà que j'aurai envie de lire la suite, pour découvrir un peu plus les personnages secondaires qui les entourent (et qui ont aussi bien des secrets, je pense). 

A moi le jour, à toi la nuit

J'ai lu A moi le jour, à toi la nuit de Beth O'Leary


4ème de couverture


Tiffany et Leon partagent un appartement.
Tiffany et Leon partagent un lit.
Tiffany et Leon ne se sont jamais rencontrés.

Tiffany Moore a désespérément besoin d’un logement pas cher. Leon Twomey travaille de nuit et a absolument besoin d’argent. Leurs amis respectifs pensent qu’ils sont complètement fous, mais aux grands maux les grands remèdes :  pourquoi ne pas tout simplement partager un appartement, même s’ils ne se connaissent pas ? Leon habite le studio le jour de 9 heures à 18 heures, Tiffany le reste du temps. Mais entre les ex un peu fous, les clients exigeants, un frère emprisonné à tort et, bien sûr, le fait qu’ils ne se sont jamais rencontrés, ils vont découvrir que pour avoir un foyer harmonieux, il vaut mieux ne pas s’en tenir aux règles et suivre son coeur … 

Mon avis


Parfois, lire une comédie romantique, c'est juste ce qu'il faut pour faire du bien au moral. Celle-ci remplit parfaitement son rôle. Dès le début, dès que l'on sait que les deux personnages vont partager le même lit, sans jamais se croiser, on sait très exactement comment cela va finir. La question, c'est comment vont-ils y arriver ? 
Pas facile en effet de tomber amoureux quand on ne se rencontre jamais. Mais avec des personnages aussi attachants, c'est le contraire qui aurait été impossible. 
D'un côté, Léon, infirmier au grand cœur. Il est réservé, attaché à ses patients, il met toute sa vie entre parenthèses pour trouver comment défendre son frère, en prison pour un crime qu'il n'a pas commis. 
De l'autre, Tiffany, qui travaille dans une maison d'édition et qui se remet d'une rupture difficile. Son ex est le prototype même du manipulateur (un être abominable qu'il ne faut jamais fréquenter) mais elle ne s'en rend pas compte. Elle est haute en couleurs, redécore l'appartement qu'elle partage avec Léon de ses multiples trouvailles chinées partout... sans lui demander son avis.
Heureusement, pour communiquer, ils ont des post-its. Et ils commencent un véritable dialogue avec ces petits bouts de papier qu'ils disséminent partout. 
Je ne vous en dirai pas plus, sinon que ce roman était très agréable à lire. Que j'ai généreusement détesté l'ex de Tiffany (ce livre est à mettre entre les mains de toutes les filles victimes d'un manipulateur), que j'ai craqué pour Léon, que j'ai adoré le look de Tiffany... Bref, que j'ai passé un très bon moment en leur compagnie. Et que je vous invite à faire de même. 

Clit revolution, Manuel d'activisme féministe

Grâce à Babelio et Editions des Femmes, j'ai reçu Clit Revolution, manuel d'activisme féministe de Sarah Constantin et Elvire Duchelle Charles, illustré par Alice Dès


4ème de couverture

« Je suis féministe, je voudrais faire quelque chose de concret mais je ne sais pas par où commencer. Vous avez des conseils ? » En voyant ce genre de message s'accumuler sur leurs réseaux sociaux, les activistes féministes Sarah Constantin et Elvire Duvelle-Charles ont compris qu'il manquait un livre. Un manuel pratique pour guider la nouvelle génération de féministes dans l'activisme. Leur expliquer comment, chacune à leur niveau, seules ou en groupe, elles avaient les moyens de faire évoluer la société. Ce livre se présente comme une boîte à outils inspirée des techniques d'activisme féministe du monde entier. À mettre entre toutes les mains, de 12 à 121 ans.


Mon avis


J'ai reçu ce livre entre le moment où les Césars ont récompensé Roman Polanski et le 8 mars, journée internationale des droits des femmes. Autant dire qu'il arrivait juste au bon moment.
Il y a quelques années encore, quand j'étais jeune et naïve, j'étais persuadée qu'il n'y avait plus besoin du féminisme. Que c'était bon, on était arrivé à l'égalité et qu'il fallait arrêter de se prendre la tête. Les discours autour de moi allaient dans ce sens, c'était l'époque des Chiennes de Garde, qui étaient présentées comme inutilement agressives...
Et puis j'ai mûri. J'ai ouvert les yeux. Et j'ai déchanté.
Maintenant, j'affirme sans en avoir peur que je suis féministe. Et je rappelle à tous ceux qui en ont besoin la définition du féminisme Mouvement social qui a pour objet l'émancipation de la femme, l'extension de ses droits en vue d'égaliser son statut avec celui de l'homme, en particulier dans le domaine juridique, politique, économique; doctrine, idéologie correspondante.
Car non, on n'est pas tout à fait encore à l'égalité. Et cela dans plein de domaines. 
Cela dit, ce livre n'est pas un exposé de pourquoi on doit être féministe à notre époque. Il présente juste plusieurs techniques, moyens, pour faire entendre sa voix là où il y a des inégalités. 
J'ai apprécié que le texte ne soit pas moralisateur. Tout le monde n'est pas prêt pour être Femen, et, si ce mouvement est présenté, ce n'est pas comme la seule solution possible. 
J'ai également apprécié qu'il n'y ait pas d'incitation à la désobéissance civile, ni à l'agression. Le texte explique par exemple qu'il ne sert à rien d'insulter les policiers qui vous arrêtent lors d'une manifestation. Et il expose aussi les risques légaux et pénaux encourus face à certaines actions. 
Le ton est à la fois engagé et posé, ce qui est un équilibre délicat à maintenir. Il donne envie d'agir à son tour ou, en tout cas, de soutenir d'une manière ou d'une autre celles qui le font. En rappelant qu'il n'y a pas qu'un seul féminisme, et que chacun doit aussi faire l'effort de comprendre les autres. 
Les textes sont courts, faciles à lire. Ils montrent que des femmes se battent pour défendre leurs droits. Partout dans le monde. Et, rien que pour ça, je pense que je vais le laisser traîner sous les yeux de mes filles.