jeudi 5 mai 2022

Les orphelins du rail par Fabien Clavel

 J'ai lu  Les orphelins du rail par Fabien Clavel

 


4ème de couverture

 La vie de Meli de Budapest est bouleversée quand elle fête ses 13 ans. Comme tous les orphelins de son âge, elle est invitée à participer à une chasse au trésor à travers l’Europe  : la course à l’Adamant  ! On donne à Meli un passegare qui va lui permettre de vivre comme les richissimes Voyageurs qui sillonnent l’Europe à bord de trains gigantesques et fabuleux.
Mais pour certains orphelins, la course est plus qu’un jeu et ils sont prêts à tout pour s’emparer des pièces du puzzle qui indique l’emplacement du trésor.
On murmure même que le terrible Lafcadio serait de la partie…

 

Mon avis

Imaginez : vous êtes un orphelin, dans un monde où la misère est omniprésente. Vous n'avez aucun espoir devant vous, rien à manger, le froid chevillé au corps. Et l'on vous propose soudainement de pouvoir emprunter à loisir les trains réservés aux Voyageurs, ces familles de riches qui arpentent l'Europe en tout sens juste pour les loisirs.

C'est ce qui arrive à Meli, à la façon d'un Ticket d'or pour la Grande chocolaterie. Mais elle ne va pas juste découvrir ces trains : elle est en même temps lancée dans une chasse au trésor géante, à laquelle participent en même temps des dizaines d'orphelins de son âge. Parmi eux, il y a des méchants et des gentils (et on n'est pas dans le pays de Candy). Il lui faudra apprendre qui sont ses vrais amis dans cette épopée.

Ce roman est un roman d'aventures, dans la lignée des titres de Jules Verne auquel il rend hommage, avec un  univers dystopique adapté aux lecteurs d'une dizaine d'années, ce qui est assez rare pour être souligné. 

On parcourt le monde en compagnie de l'héroïne (avec un peu l'envie d'en voir plus des lieux qu'elle visite, mais comme tout se passe dans les trains et les gares, c'est évidemment impossible). Ces trains en eux-mêmes sont surprenants, et chacun dédiés à une fonction précise : la mode; la découverte des animaux, la bibliothèque (je veux voyager dans ce train !), l'école, etc.

Certains rebondissements ne surprendront sans doute pas les lecteurs plus aguerris, mais pour un jeune lecteur, aucun doute qu'il sera surpris, voire choqué, quand arriveront certaines révélations.

L'auteur évite habilement les répétitions en changeant le rythme de la chasse au trésor quand cela devient nécessaire, et nul doute que les lecteurs et lectrices seront eux aussi happés dans cette course !

 

Rejetée La Bête de l'ombre #1 par Jaymin Eve

 J'ai lu  Rejetée La Bête de l'ombre #1 par Jaymin Eve



4ème de couverture

Mon père a commis une terrible erreur. Et je continue d’en payer le prix.

En tant que louve au sein d’une meute puissante, je devrais avoir la belle vie. Mais depuis que mon père a tenté de tuer l’Alpha, on me traite comme une paria, une traîtresse, une moins que rien.
Quand j’essaie de m’échapper, Torin, le fils de l’Alpha, me ramène de force avant ma première métamorphose... qui révélera l’identité de mon âme sœur.

Et, dès l’instant où ma louve pose les yeux sur lui, mon cœur se remplit de l’espoir d’un futur plus radieux.
Après tout, personne ne répudie son compagnon légitime, pas vrai ?
Faux.

Quand les loups passent à l’attaque, mon esprit se met à hurler, assoiffé de vengeance.

J’ignore comment, j’entre alors en contact avec le royaume des ombres.
D’une manière ou d’une autre, je le ramène dans notre monde.

La Bête de l’Ombre. Notre dieu, celui des changeants. Le diable en personne.
Finalement le rejet de mon compagnon n’était que le début...


Mon avis

Les histoires de loup-garou, c'est mon petit point faible. J'ai beaucoup de mal à résister quand j'en vois une, mais je cherche toujours aussi à ce que ce soit un peu différent, parce qu'à force, on voit venir les ficelles.

Et ce roman sort très largement du cadre des classiques histoires avec des loups-garous. Certes, on a le personnage féminin un peu (beaucoup) méprisé par les autres, qui se révèle à la fois d'une puissance insoupçonnée et liée magiquement à la dernière personne qu'elle s'attendait à aimer. Mais on a surtout un être des ténèbres qui n'a rien de terrestre et à un monde parallèle magique. 

Il est possible que j'ai eu un petit moment de "mais qu'est-ce que c'est que ce bazar ?" une fois arrivée à cette partie. Tout d'un coup, le bestiaire magique était trop important, ce qui est quand même un comble quand on accepte sans sourciller des êtres qui se métamorphosent en loups, non ? 

L'autrice ici crée bien quelque chose de nouveau. Avec un peu de sensualité qui vient pimenter le tout (vous aurez une bonne dose de personnage ténébreux !). Et aussi du mystère, bien sûr (à quand le tome 2 ? Je veux la suite, moi !)

Le personnage principal a une attitude qui laisserait entendre qu'elle n'a que peu d'instinct de survie, mais c'est en même temps très cohérent avec son passé, donc ça c'est plutôt bien mené. 

Bref, une lecture avec suffisamment de bons moments, de scènes d'action et de personnages (et créatures) à découvrir et à apprécier pour donner envie de poursuivre la suite !

lundi 4 avril 2022

Six mois par an

 J'ai lu six mois par an de Clara Duarte


4ème de couverture

L’histoire d’Hana et Ro, c’est… une bagarre, un supermarché, beaucoup de spaghettis, une salle de bain écœurante, un piano électronique et beaucoup trop de plantes.
C’est bordélique, maladroit, mais c’est aussi beau. Surtout, c’est évident. Ça l’est tellement qu’Hana pense que ça pourrait durer éternellement.
Et puis, le 31 août, Hana s’endort paisiblement au côté de Ro. Mais à son réveil, Ro n’est plus là.
Disparue, sans laisser de traces. Envolée, sans que personne se souvienne d’elle, sauf Hana. Comme si, au final, Ro n’avait tout simplement jamais existé.
Qui est vraiment Ro, cette jeune fille mystérieuse et pourtant pleine de vie  ?

Mon avis

J'étais assez curieuse de lire ce titre, avec la part de mystère qu'il devait contenir. Tout d'abord, on est en Espagne. Si vous aimez les films espagnols, leur vibration, la manière dont ils foisonnent, vous retrouverez le même genre d'ambiance un peu sauvage dans ces pages. Sinon, le style et les personnages peuvent un peu déstabiliser. Cela n'empêche pas du tout le livre d'être touchant, mais il vuat mieux être prévenu.

Personnellement, histoire d'évacuer tout de suite ce qui m'a gênée, c'est le rapport à la drogue et le côté foutraque des personnages. Ils fument, consomment un peu n'importe quoi, n'accordent aucune importance à leur vie, à leur corps, à leurs études... Je suis peut-être de la vieille école, mais j'avais par moments un peu de mal avec tout ça. J'attendais le moment où ils ouvriraient les yeux pour se prendre plus en main. Mais ce n'est pas le sujet du roman. Le sujet, c'est l'histoire d'amour entre Ro et Hana. Une histoire qui progresse tout doucement, qui prend son temps, qui n'a l'air d'aller nulle part elle non plus et qui est pourtant très intense.

Et puis, un événement magique, un clignement de yeux, une distorsion de la réalité... Et une Ro qui disparaît, littéralement, six mois par an. Personne ne se souvient qu'elle existe, elle n'a laissé aucune empreinte sur cette terre. Sauf pour Hana. Hana qui est désespérément amoureuse d'elle et qui ne parvient pas à croire à cette forme de disparition. 

Ce qu'il se passe après, je ne vous le dévoilerai pas ici. Il y a une certaine poésie dans ce texte, dans les événements qui s'y passent peut-être plus que dans l'écriture d'ailleurs. Mais il prend au cœur et aux tripes. Et rien que pour ça, il mérite d'être découvert...

Mon insupportable (et faux!) fiancé

 J'ai lu Mon insupportable (et faux!) fiancé de Lily Morton et traduit par  Marion Lionnard


4ème de couverture

Sa ligne de conduite était pourtant stricte et bien définie : on ne mélange pas le travail et le plaisir.

Fruit d’une enfance chaotique et désorganisée, Zeb aime l’ordre et le contrôle, ce que lui fournit sa position de patron d’agence de placement. Tout dans sa vie rentre dans des cases claires et bien organisées.
Jusqu’à Jesse.

Jesse Reed est le parfait opposé de Zeb. Il est le chaos personnifié, une tornade de désordre. Mais il est aussi charmant, drôle, et représente une distraction dont Zeb n’a pas besoin.
C’est pourquoi il s’étonne lui-même lorsqu’il demande à Jesse de jouer le rôle de son faux petit ami pour quelques jours, à l’occasion d’un mariage à la campagne.

Et plus le temps passe, plus il se trouve irrémédiablement séduit par l’impertinent et joyeux Jesse.

L’auteure à succès des séries Messages contradictoires et Finding home nous offre une romance chaleureuse et amusante sur deux hommes : un luttant pour garder le contrôle, l’autre, bien déterminé à le lui faire perdre.

Mon avis

Des faux amoureux qui vont devenir amoureux ? C'est un trope que j'apprécie beaucoup en romance. Et ici, vous y ajoutez des personnages plus adorables les uns que les autres, il y a tout pour craquer.

Parlons d'abord de Jesse. Plus gentil que lui, il n'y a pas. Mais il l'est tellement qu'il peut se mettre dans des situations inconfortables, parce qu'il est aussi spontané, et qu'il agit avec son cœur avant de réfléchir. Un chiot tout fou qu'on a envie de câliner, voilà comment je le vois. Il m'a fiat craquer et je me suis demandée comment Zeb, l'autre héros du livre, arrivait à lui résister aussi longtemps.

Zeb, c'est le contraire de Jesse. C'est son patron, déjà (il dirige une agence d'escort boy... en tout bien tout honneur). Il est rigoureux, carré, un peu trop rigide. Il aime que tout soit ordonné et il se méfie des sentiments. Et il est aussi plus âgé que Jesse, ce qui le conforte dans l'idée qu'ils ne sont pas faits l'un pour l'autre. Même si Jesse n'est pas du tout de son avis.

Mais Jesse respecte la ligne que Zeb a imposé entre eux. Jusqu'au jour où Zeb lui demande de jouer son faux fiancé lors du mariage de... son ex. Vous la sentez la situation foireuse ? 

Bref, je n'en dirai pas plus. Mais il y a de l'amour, de l'humour, des personnages attendrissants, d'autres que vous aurez envie d'écraser dans le gâteau de mariage, et tout ce qui fait qu'un livre vous offre un bon moment.

Ma vie à pile ou face

 J'ai lu Ma vie à pile ou face de James Bailey


4ème de couverture

Un premier roman aussi émouvant qu'hilarant, un " Bridget Jones au masculin " ( Booklist).

Josh est en pleine crise de la trentaine. Jade, sa petite amie de longue date, vient de le quitter, il a perdu son job et doit retourner vivre chez ses parents, à Bristol.
Alors qu'il s'interroge sur ce qu'il a bien pu faire pour en arriver là, le jeune homme est pris d'une idée folle : et si, à partir de maintenant, il décidait de tout à pile ou face ? Après tout, planifier sa vie comme il l'a toujours fait lui a valu de finir sans domicile, sans emploi et célibataire... Alors pourquoi ne pas tout miser sur les deux faces d'une pièce de monnaie ?
Ce qui commence comme une simple plaisanterie va bientôt rythmer sa vie tout entière. Mais, au jeu de l'amour et du hasard, un simple pile ou face pourrait bien tout faire basculer...

Mon avis : 

J'aime bien les livres qui partent un peu sur des idées folles, comme celle de ce roman : prendre, pendant un an, toutes ses décisions en les jouant à pile ou face. Après tout, on sait tous que l'on prend parfois des décisions que l'on regrette, ou que l'on peut hésiter très longtemps sans vraiment avancer. Donc, pourquoi pas ?

Certes, choisir la couleur de ses chaussettes ou sa boisson à l'aide d'une pièce fétiche, cela peut sembler un peu lourd (comme le personnage principal le découvre) mais, dans l'ensemble, ça amène surtout à sortir de sa zone de confort, à vivre de nouvelles choses, et donc à enrichir sa vie et ses expériences. Et ça, c'est toujours agréable ! 

D'autant que le pauvre Josh en a bien besoin, en ayant perdu la même semaine sa petite copine (juste au moment où il la demandait en mariage), son emploi et son logement (le tout étant lié à la première...). Il doit retourner vivre chez ses parents, en plein désespoir et il lui faut de l'espoir et du changement. Est-ce qu'il les trouvera en cours de route ? Vous le découvrirez en lisant le livre.

Par ailleurs, on est sur un livre britannique, avec ce petit côté pince-sans-rire et un peu distant, qui fait aussi du bien du côté des changements de registre.

2030 glorieuses - utopies vivantes

 J'ai lu 2030 Glorieuses - Utopies vivantes de Julien Vidal


4ème de couverture

Après les 30 Glorieuses dopées à l’extractivisme, à l’accumulation et à la compétition, il y aura les 2030 Glorieuses nourries par l’entraide, la créativité et l’empathie. Dans cet essai plein d'espoir, Julien Vidal propose un tour d'horizon des initiatives inspirantes par lesquelles pourra germer une République du Vivant.

Mon avis : 

En ce moment, je lis beaucoup (beaucoup) de livres sur l'écologie. Cela fait des années que je suis des blogs et des forums sur le sujet, mais j'avais envie de creuser un peu plus ce sujet.

Et ce livre de Julien Vidal, que je connaissais déjà via Ça commence par moi, répond très justement à mes envies du moment. Tout d'abord, il dresse un panorama assez juste de la situation actuelle. En incluant ses contradictions (oui, les voitures électriques, ça dégage moins de CO2, mais il faut produire plus d'électricité, et en plus fabriquer des batteries avec des matières premières difficiles à extraire, et qui génèrent donc de la pollution. Et le nucléaire, on en parle ?). J'ai beaucoup aimé cette partie de réflexion qui fait évoluer un peu le cerveau sur des questions de fond.

Mais ce que j'attendais surtout, c'était le passage sur les "utopies". Oui, on sait que le monde va mal, mais on veut des initiatives qui vont dans le bon sens, des idées à appliquer, des gens qui se bougent dans la bonne direction... Et le livre donne de nombreuses pistes dans ce domaine. Des passages où on se dit "mais oui, pourquoi on ne fait pas plus ça !". Sérieusement, ça me donne envie de m'investir dans la vie de ma ville pour leur proposer d'appliquer les idées présentées dans le livre. Et certaines sont vraiment faciles à mettre en place. 

Ce n'est peut-être pas un ouvrage pratique pour une personne individuelle et les petits gestes qui font du bien à la planète. Mais il existe déjà de nombreux titres sur ce sujet (dont justement celui de Julien Vidal). Il va plus loin, ouvre d'autres perspectives, et est par conséquent assez enrichissant. Pour réfléchir et vous donner des idées, je vous le conseille fortement (d'ailleurs, je l'ai déjà passé à un de mes proches !)


mardi 8 février 2022

Guilty - L'affaire Diego Abrio

 J'ai lu Guilty - L'affaire Diego Abrio de Jean-Christophe Tixier


4èe de couverture

Diego Abrio, 22 ans, purge sa peine de prison pour homicide volontaire.
Pourtant il va être relâché.
Sera-t-il libre ? Non  !
Le peuple aura le droit de le tuer, ou de le protéger dans sa fuite.
Toi aussi. Vas-tu suivre son parcours sur l’application Guilty  ? Participer à sa traque  ? Ou…


Mon avis

J'ai découvert ce livre un peu par hasard, dans le cadre du prix des MFR de ma région. Je ne l'aurais peut-être pas lu autrement... et ça aurait été dommage.

Ce livre est à lire par tous, adolescents comme adultes. Il fait réfléchir sur la culpabilité, celle que l'on porte en soi, celle dont on accuse les autres, celle que l'on projette sur eux. Et aussi sur le pardon, de la même manière, celui que l'on peut avoir envers soi ou envers les autres.

Dans un monde où un criminel peut être légalement lynché par la population, le temps d'une chasse poursuite sanglante, qui est le vrai méchant ? Au final, on se demande qui on est pour juger et pour estimer qu'une personne mérite de mourir.

Il y a bien de l'action dans le titre, ce n'est pas un essai. Il s'agit d'une course-poursuite, d'un personnage qui doit échapper à d'autres lancés à ses trousses, tout en essayant de trouver sa voie dans un monde qui le juge. J'avoue que j'ai pris une véritable claque en le lisant, cela faisait longtemps que je n'avais pas lu un livre pour adolescent aussi puissant dans tout ce qu'il implique en sous-texte.

Un autre tome de la même série est sorti en octobre dernier, celui-là portant non pas sur un coupable, mais sur la famille d'une victime... Je pense que cet angle de vue peut être tout aussi intéressant...